Dossier : ces chiffres que le gouvernement ne nous donne pas sur la réforme des retraites

En juillet dernier, notre collectif Nos retraites dénonçait l’entourloupe du rapport Delevoye sur la réforme des retraites et demandait la communication de l’ensemble des chiffres de la réforme, notamment les simulations réalisées par le Gouvernement pour en prévoir les effets.

Le pan manquant de l’analyse reconstitué avec des données officielles

Mais plus encore, c’est un pan entier de l’analyse qui est absent du rapport rendu au Premier ministre : à aucun moment il ne compare la situation projetée, dans le cadre de la réforme prévue par le gouvernement, avec la situation des actuels retraités. Combien la retraite de Maryam, trentenaire, représentera-t-elle par rapport à celle de sa mère Marie, nouvellement retraitée ?

En nous appuyant exclusivement sur des données officielles et en particulier sur les travaux très bien documentés du Conseil d’orientation des retraites (COR), nous avons réussi à reconstituer ces pages manquantes du rapport Delevoye et à comparer les droits à la retraite aujourd’hui et dans le cadre du projet du gouvernement. Notre comparaison concerne trois cas emblématiques : celui d’un.e salarié non cadre du privé à carrière complète, celui d’un agent du public de catégorie B à carrière complète, et celui d’un.e salarié.e au SMIC toute sa carrière

Interpellez le gouvernement, demandez les vrais chiffres de sa réformeEntrez votre adresse mail pour recevoir le mode d'emploi

Baisse des pensions aggravée pour chaque nouvelle génération

Trois résultats marquants ressortent de cette analyse : 

  1. Les taux de remplacement (le niveau de la retraite rapporté au salaire de fin de carrière) vont considérablement baisser par rapport à aujourd’hui. Alors que la retraite de Marie lui permet de maintenir son niveau de vie, celle de sa fille Maryam sera synonyme de déclassement.
  2. Conséquence : il faudra partir en moyenne beaucoup plus tard pour prétendre aux mêmes niveaux de pension. Pour retrouver le niveau de pension de Marie à 64 ans, Maryam devra travailler jusqu’à 67 ans et demi.
  3. Cette baisse est encore plus forte que celle déjà programmée par les réformes précédentes (Balladur, Fillon, Touraine, notamment). En effet la réforme n’est pas simplement un “changement de système”. Elle contient de nouvelles baisses, en particulier pour les générations nées après 1973, qui sont le résultat du déplacement automatique de l’âge auquel il est possible de partir sans décote.

 

Explications.

 

1. Evolution du taux de remplacement : ça baisse… beaucoup.

Premier exemple : Mathieu et Mathias, salariés non-cadres du privé ayant commencé leur carrière à 22 ans et à carrière complète (cas type D du rapport Delevoye, ou “COR 2”)

En 2025, un individu né en 1961 (appelons-le Mathieu) pourra bénéficier d’une retraite « à taux plein » s’il prend sa retraite à 64 ans (42 annuités validées). Dans ce cas sa retraite nette représentera 72,5% de son dernier salaire net.

Pour une personne présentant les mêmes caractéristiques et née en 1980, la retraite nette représentant 59,7% de son dernier salaire.

Un individu né en 1990 et présentant les mêmes caractéristiques (appelons-le Mathias) recevrait une retraite représentant 55,8% de son dernier salaire, soit une baisse de son taux de remplacement de 23 % par rapport à la situation actuelle.

Deuxième exemple : Marie et Maryam, secrétaires d’administration ayant commencé leur carrière à 22 ans et à carrière complète (cas type G du rapport Delevoye, secrétaire d’administration – fonctionnaire de catégorie B). 

En 2025, une personne née en 1961 (appelons-là Marie) pourra bénéficier d’une retraite « à taux plein » (42 annuités validées) si elle prend sa retraite à 64 ans. Dans ce cas sa retraite nette représentera 64,1% de son dernier salaire net (primes comprises)

Une personne présentant les même caractéristiques, née en 1980 qui prendrait sa retraite à 64 ans recevrait une retraite nette représentant 55% de son dernier salaire.

Une personne présentant les mêmes caractéristiques et née en 1990 (appelons-là Maryam) recevrait une retraite représentant 54,4% de son dernier salaire, soit une baisse de son taux de remplacement de 15 % par rapport à la situation actuelle.

Troisième exemple : Jules et Julien, employés au SMIC toute leur carrière à temps plein.  Ils commencent leur carrière à 22 ans et la poursuivent sans interruption (cas type B du rapport Delevoye, employé au SMIC durant toute sa carrière). 

En 2025, une personne née en 1961 (appelons-là Jules) pourra bénéficier d’une retraite « à taux plein » (42 annuités validées) si elle prend sa retraite à 64 ans. Dans ce cas sa retraite nette représentera 81,6 % de son dernier salaire net

Une personne présentant les même caractéristiques, née en 1980 qui prendrait sa retraite à 64 ans recevrait une retraite nette représentant 68,3 % de son dernier salaire.

Une personne présentant les mêmes caractéristiques et née en 1990 (appelons-là Julien) recevrait une retraite représentant 64,8 % de son dernier salaire, soit une baisse de son taux de remplacement de 21 % par rapport à la situation actuelle

Interpellez le gouvernement, demandez les vrais chiffres de sa réformeEntrez votre adresse mail pour recevoir le mode d'emploi

 

2. Pour toucher une retraite comparable, les actifs et nouvelles générations devront partir beaucoup plus tard. 

Dans les trois cas que nous avons reconstitués, les quarantenaires et trentenaires d’aujourd’hui devront travailler deux à trois années de plus que leurs parents afin de prétendre à une retraite comparable.

  • Afin de prétendre au même taux de remplacement qu’une personne née en 1961 ayant cotisé 42 ans et ayant commencé à travailler à 22 ans, une personne née en 1980 (avec la même carrière) devra prendre sa retraite à 66 ans et demi, au terme de 44 années de cotisations sans interruption de carrière
  • Une personne née en 1990 et ayant également commencé à travailler à 22 ans, devra prendre sa carrière à 67 ans au terme d’une carrière de 45 ans sans interruption.

 

Il va sans dire que des carrières aussi longues ne seront pas possibles pour tout le monde, loin de là : en 2018, à 62 ans, une personne sur deux n’est déjà plus en emploi mais au chômage, en préretraite, en invalidité ou au RSA.

Les personnes qui ne pourront pas travailler plus tard toucheront une pension fortement diminuée ou devront vivre plusieurs années sans emploi ni retraite. 

 

3. La réforme conduit à des baisses de pension supérieures à celle prévue par la législation actuelle

Même sans la réforme Macron, notre système actuel est déjà orienté à la baisse par les réformes précédentes (Balladur, Fillon, Touraine, notamment). Les promoteurs de la réforme le rappellent abondamment, à raison. Mais la réforme Macron comprend des baisses supplémentaires.  

En effet, la législation actuelle prévoit que les personnes nées en 1980 et 1990 pourront prétendre à une retraite à taux plein à 65 ans, au terme de 43 années de carrière, pour un début de carrière à 22 ans. Pour le cas type d’une personne employée du privé, le taux de remplacement à 65 ans serait dans le système actuel de 69% pour la génération 1973, 68% pour la génération 1980 et 66% pour la génération 1990

Il est donc exact de dire qu’une partie de la baisse des pensions est déjà programmée dans le système actuel.  La réforme Macron accentue cependant cette baisse pour de nombreuses personnes et particulièrement pour les plus jeunes. Selon le rapport Delevoye, les employés du privé de la génération 1980 auraient droit, avec la réforme et à 65 ans, à seulement 65 % de leur dernier salaire, contre 61 % pour ceux de la génération 1990

Cas type d’une personne salariée non-cadre du privé, ayant commencé à travailler à 22 ans et prenant sa retraite à 65 ans.

Dans le cas type d’un agent du public, la perte ou le gain éventuel dépendent largement de la part des primes dans la rémunération. Le rapport choisit une hypothèse (qui n’est pas l’hypothèse centrale du COR), dans lequel la part des primes dans la rémunération des fonctionnaires augmente. Dans ce scénario, la réforme est à peu près neutre pour le cas type considéré. 

Mais dans l’hypothèse où la part des primes reste identique à la situation actuelle, la législation actuelle est nettement plus favorable à celle prévue par la réforme Macron.

Interpellez le gouvernement, demandez les vrais chiffres de sa réformeEntrez votre adresse mail pour recevoir le mode d'emploi

Dans le cas d’une carrière au SMIC, la réforme change peu par rapport au système actuel

Les détails des taux de remplacement calculés pour ces trois cas de figure est disponible en annexe.

Ces trois cas gagneraient à être multipliés et prolongés, d’une part avec des cas-types nouveaux et, d’autre part, avec des données de microsimulation qui pourraient permettre de comprendre vraiment la situation des personnes qui perdraient à la mise en place de la réforme des retraites. Le haut commissariat à la réforme des retraites et le gouvernement refusent cependant à ce stade, malgré nos demandes, la communication de telles données. 

 

 Télécharger le dossier complet (.pdf)- Ces chiffres que vous ne trouverez pas

Télécharger l’annexe du dossier 

Télécharger les données brutes sous forme de tableur

 

Interpellez le gouvernement, demandez les vrais chiffres de sa réformeEntrez votre adresse mail pour recevoir le mode d'emploi