Baisse des retraites : le collectif Nos Retraites persiste et répond à CheckNews

Dans un article, Luc Peillon de Checknews reprend les chiffres publiés début septembre par le collectif Nos retraites et repris par Le Parisien et Médiapart. Sur le fond, il confirme que tous nos chiffres sont exacts et valide les trois points de notre analyse :

1) Les retraites projetées seront plus faibles avec le système Macron qu’aujourd’hui
2) Il faudra attendre plus
tard pour espérer la même pension (parfois plus de 67 ans)
3) Cette baisse est supérieure à celle que prévoit la législation actuelle.

Alors que nous reproche le journaliste ? De comparer la réforme Macron avec la situation actuelle des retraités, qui est plutôt bonne (au moins en moyenne), plutôt qu’avec les dégradations déjà prévues de notre système de retraite. Or les questions que nous nous posons sur notre retraite sont bien celles-là : « pourrai-je partir au même âge et dans les mêmes conditions que mes parents ? ». Et c’est bien la question que nous souhaitons replacer au cœur du débat.

Un peu susceptibles (mais pas trop), nous avons souhaité lui répondre point par point.

1/ Une présentation « trompeuse »… alors que tout est présenté dès la première page de notre dossier

Checknews dénonce une tromperie parce que nous aurions « oublié » de signaler qu’une partie de la baisse prévue des pensions est déjà inscrite dans la situation actuelle. Il précise tout de même à propos de notre dossier de presse : « Le document évoque effectivement ces réformes, mais de façon assez succincte, et surtout à la toute fin du dossier. Ce qui explique sûrement que cette nuance de taille n’ait été que très peu reprise dans les articles de presse.

Voici ce qu’on trouve sur la première page de notre site concernant ces chiffres (c’est le 2e intertitre) :

 

On pouvait aussi le lire le même jour sur notre fil twitter avec plus de détails, et cette information a été reprise notamment par Médiapart le même jour. On a beau chercher, on a du mal à voir en quoi notre présentation est « trompeuse ».

2/ Des choses « pas comparables »… alors qu’elles reflètent juste les questions que tout le monde se pose

Plus fondamentalement, le journaliste nous reproche de « comparer des choses qui ne sont pas comparables » en comparant la situation actuelle, et la situation d’une personne ayant la même carrière trente ans plus tard et s’en prend notamment à l’article du Parisien.

C’est pourtant bien comme cela que chacun.e se représente la retraite : l’expérience que nous avons de la retraite se base sur les gens (nos collègues, parents, grands-parents) que l’on voit partir et en retraite aujourd’hui et en se demandant si on pourra partir au même âge et dans les mêmes conditions.

C’est littéralement cette comparaison que ne permet pas le rapport Delevoye et que nous faisons. Il nous semble qu’elle est un bon point de départ au débat public.

Notre message principal « est attention, les retraites vont baisser », sujet central et que le gouvernement s’évertue à éviter.

Quelle est la part de responsabilité du gouvernement dans ces baisses ? Il valide les baisses programmées et en propose (sans le dire) de nouvelles. Pour notre part, nous souhaitons remettre en cause les unes et les autres.

3/ Nous sommes ravis que nos chiffres soient repris par Checknews pour un débat clair et transparent… et le gouvernement ne peut pas en dire autant.

Jusqu’ici Checknews ne s’était pas saisi du rapport Delevoye et il y aurait pourtant beaucoup à faire. Mais ce n’est pas tout à fait leur faute, le rapport est invérifiable, il ne livre pas ses calculs, simulations, et données.

Au contraire, nos documents sont ouverts et vérifiables, et c’est la raison pour laquelle la principale source d’analyse de l’article de Check News est… le collectif Nos retraites

Par exemple l’intégralité des chiffres cités dans l’article de Checknews, (qu’ils soient du COR ou du rapport Delevoye) sont ceux mis en avant par le collectif dans ses dossiers de presse et que le journaliste a pu consulter, c’est notre contribution au débat.

Enfin une discrète note de bas de page de l’article de Libé précise :

« Cet article ne prétend pas expertiser l’exactitude des projections du rapport Delevoye, mais le caractère trompeur de la démonstration inspirée par le collectif. Un article prochain se penchera sur la manière dont le rapport Delevoye a calculé les taux de remplacement. »

On a hâte de le lire. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir demandé, en juillet dernier, un membre du collectif avait demandé à Checknews de fact checker le rapport Delevoye… sans réponse.