Le principe du système de retraites à points

Le principe est (relativement) simple : tout au long de la carrière, les salariés reçoivent des « points » en contrepartie de leur cotisation. Les salariés accumulent des points, dont la valeur évolue dans le temps (en fonction de la croissance).

Au moment de la retraite, chaque salarié a ainsi un stock de points. En fonction de l’espérance de vie de sa génération ses points sont transformés en retraite.

Mais, pour un stock de points donné, tout le monde n’aura pas la même pension : plus on prend sa retraite à un âge élevé, plus la retraite sera élevée. Inversement, plus l’espérance de vie de sa génération est importante, plus le montant sera faible.

Ce système constitue une rupture importante avec la philosophie du système actuel.

1/ D’abord parce que ce système veut faire de la retraite le reflet méticuleux de la carrière : tous les accidents de carrière seront notamment traduits dans la retraite (chômage, RSA etc.).

On rompt ainsi avec la logique de maintien du salaire et de sécurisation du niveau de vie en fin de carrière qui est la logique du système actuel, pour rentrer dans une logique très proche de l’épargne.

2/ Ensuite parce que ce système abandonne la notion de durée pour ne plus retenir que l’âge de départ.

Peu importe qu’on ait validé 37 ans ou 42 ans, le niveau de la pension dépendra uniquement du nombre de points accumulés. Si deux personnes ont exactement la même carrière, mais une commencée à 18 ans et l’autre à 22 ans, elles n’auront pas la même retraite au bout de 42 ans : celui ou celle qui s’arrête à un âge plus avancé aura une retraite plus élevée.

3/ Enfin, parce qu’il y a dans ce système l’équivalent d’une réforme des retraites à la baisse, chaque année.

Chaque année, tous les gains d’espérance de vie des générations partant en retraite se répercuteront, à la baisse, dans la valeur du point. De ce fait, la retraite que chacun pourra espérer par rapport à sa carrière diminuera, à chaque génération, si on part au même âge. Dans ce système, avec la même carrière, il faudra attendre 64 ans en 2035 pour espérer avoir le niveau de retraite qu’on aurait eu à 63 ans en 2025, et ainsi de suite.

Interpellez le gouvernement, demandez les vrais chiffres de sa réformeEntrez votre adresse mail pour recevoir le mode d'emploi

⇐ Retour à la page d’accueil du site